SOSIES

Texte Rémi De Vos
Mise en scène, scénographie Alain Timár

Vend 22 JANVIER
Sam 23 JANVIER
19H30

Théâtre

Durée 1H30

À partir de 14 ans

J'achète ma place

Exister à travers quelqu’un d’autre ? Quelle meilleure façon de parler d’identité ? Il y a sans doute une part drolatique à montrer des acteurs déguisés en Johnny, Gainsbourg et affublés de surnoms grotesques. Mais il est profondément émouvant de rêver pour soi d’une vie plus grande malgré l’évidence de la vie sordide.

Ils habitent le même quartier. Bernie, sosie fatigué de Johnny Hallyday, vit seul. Il a perdu sa femme. Il est philosophe dans son genre… Momo, dit Le Guinz, réplique plutôt médiocre de Serge Gainsbourg, tire la corde par les deux bouts… Biche, son épouse, est femme de ménage : c’est elle qui ramène l’argent à la maison… Jean-Jean, leur fils, n’a qu’une envie : partir, mais comme il ne trouve pas de travail…

Kate, une jeune fille qui traîne dans la rue, rencontre Bernie lors d’un karaoké…

Tous sont à la recherche d’eux-mêmes et rêvent d’une vie meilleure pour échapper à leur quotidien misérable. C’est cela qui touche, qui fait rêver et qui donne, de toute évidence, matière à rire et à pleurer.

Texte Rémi De Vos
Mise en scène, scénographie Alain Timár
Avec John Arnold, Victoire Goupil, Xavier Guelfi, Christine Pignet, David Sighicelli
Lumière et musique originale Richard Rozenbaum, arrangements et régies Quentin Bonami, costumes Sophie Mangin, construction décor Éric Gil
Texte publié chez Actes Sud-Papiers
Théâtre des Halles

Achetez vos places

_

Productions

Théâtre des Halles, scène d’Avignon

Coproduction Théâtre Montansier, Versailles 

Avec le soutien de Châteauvallon – Scène Nationale, Ollioules

Le Théâtre des Halles est soutenu par le ministère de la Culture / D.R.A.C. Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Conseil départemental de Vaucluse et la Ville d’Avignon.

 

Compte tenu du contexte sanitaire, le port du masque est obligatoire à l’intérieur du théâtre et en salle. Les règles de distanciation en vigueur nous obligent à réduire nos jauges.

Photo ©Barbara Buchmann