DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON

De Bernard-Marie Koltès
Mise en scène, scénographie Alain Timár

Salle Chapitre

à 17H
Durée 1h30

J'achète ma place

Création

Du 6 au 29 juillet
Relâches les lundis (10, 17 et 24 juillet)

« Si vous marchez dehors, à cette heure et en ce lieu, c’est que vous désirez quelque chose que vous n’avez pas, et cette chose, moi, je peux vous la fournir. » Bernard-Marie Koltès

 

« Une rencontre au moment du coucher du soleil et du crépuscule… Affrontement entre deux hommes autour d’un deal: celui qui vend et celui qui achète, celui qui propose et celui qui désire. S’instaure un dialogue singulier : que veulent-ils, que cherchent-ils vraiment ? Le paradigme du commerce constitue une sorte de paravent à une humanité qui ne demande qu’à éclore. Il révèle également la question cruciale de l’altérité : je ne suis pas seul… Qui est l’autre, comment le reconnaître ? On perçoit deux solitudes à la limite de, au bord de, et marquées comme au fer rouge par une dépendance réciproque. Tels des animaux qui se jaugent, se flairent et se repèrent, ils avancent, reculent sans que ni l’un, ni l’autre ne gagne ou ne perde. Car le combat qu’ils mènent est d’une autre nature : il ne vise pas à abattre l’adversaire. Peu à peu, des liens se nouent, indéfectiblement unis dans cet obscur objet du désir. Le désir se décline ici du côté de la vie; c’est bien parce qu’ils sont en vie et qu’ils la ressentent intensément que la confrontation devient inéluctable, comme une impérieuse et tragique destinée.

Les deux personnages incarnent en fait des archétypes et nous parlent de l’humanité et de la condition humaine. Ils nous parlent aussi de la société contemporaine où marchandisation, consommation et produit sont devenus les maîtres mots des échanges. L’élargissement donc au symbolique et pourquoi pas au métaphysique m’apparaissent pertinents: en tout cas, on peut s’y risquer ! » Alain Timár


Texte Bernard-Marie Koltès
Mise en scène, scénographie Alain Timár

Assistante à la mise en scène Lee Fou Messica assistée de So Hee Han

Lumière Richard Rozenbaum, sonorisation et régie Quentin Bonami, construction décor et accessoires Jérôme Mathieu et Éric Gil, assistante technique Claire Boynard


Avec Robert Bouvier, Paul Camus et Pierre-Jules Billon (batterie)

Cie Alain Timár – Théâtre des Halles


Presse nationale Le Pôle presse / Camille Poisson
Presse régionale / Aurélie Clément
Diffusion Théâtre des Halles / Alexandra Timár

Production Cie Alain Timár / Théâtre des Halles
Production déléguée Le Pôle buro, Ludovic Michel
Le spectacle a bénéficié du soutien du Théâtre du Passage (Neuchâtel, Suisse)
La Cie Alain Timár reçoit le soutien financier du ministère de la Culture et de la Communication / D.R.A.C. P.A.C.A., du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, du Conseil départemental de Vaucluse et de la ville d’Avignon

Licences 1-1079040 & 2-1092417
Photo © Ifou pour le Pôle média